La force du montage virtuel réside dans le fait qu’il n’est jamais définitif, non destructif, et précis à l’image près.

 

Table de montage

Avant, du temps du montage linéaire, monter un film consistait à couper des morceaux de pellicules avec des ciseaux et à les coller les uns derrière les autres avec du ruban adhésif. Pareil pour le son qui avait été retranscrit sur des bandes qu’il fallait synchroniser comme on pouvait, à grand renfort de traits de crayons gras, en plus des coupes identiques à l’image. Inutile de dire que la moindre modification était comme un coup de pied dans un château de cartes, puisqu’on devait rajouter ou enlever physiquement des morceaux de films et de bandes sons. Et plus il y avait d’hésitations, plus le montage était surchargé de colle et de scotch. Sans parler de l’organisation incroyable nécessaire pour archiver des petits bouts de quelques images, coupés mais peut être à recoller plus tard… Le tout sans perdre la synchro …

appareil pour couper les rushes

On peut dire que le montage à l’ancienne, le montage linéaire, s’apparente à une page de texte tapée à la machine à écrire. Si vous changez une phrase, tout doit être retapé. Le montage non linéaire ou virtuel va bénéficier des techniques modernes du traitement de texte. Si je dois changer une phrase, il me suffit de couper l’ancien texte et de coller le nouveau à la place. 

Le son ? Il est enregistré en même temps que l’image et sera coupé à la même dimension que l’image. La synchro ? L’ordinateur s’en occupe pour vous et vous avertira si jamais il ne peut plus le faire. Plus besoin de retranscrire l’audio sur des bandes à part qui doivent être coupées sur le banc de montage. 

 

montage linéaire

Plus de dégradation de la qualité due à la création de copies pour le montage linéaire. Le montage virtuel travaille avec les originaux numériques qui ne seront, de toute façon, jamais modifiés ou altérés. On ne coupe pas un plan, on masque les parties qui ne nous intéressent pas. Si on change d’avis, il suffit de modifier les limites du masque pour voir réapparaître ce qui était caché. C’est rapide, non destructif et permet toutes les hésitations.

Au début de l’article, je vous parlais d’un montage linéaire à base de film, parce que ce furent mes débuts, mais il est aussi possible d’utiliser deux magnétoscopes : un lecteur et un enregistreur, à mettre un support vide dans l’enregistreur et y copier à la suite, de façon linéaire, les parties que l’on a sélectionnées sur la source. Et si vous voulez aller plus loin dans la manipulation de vos rushes, il va falloir ajouter de nombreux appareils qui vont transformer votre pièce en un véritable cockpit futuriste. 

Monter sur un coin de table

L’un des nombreux avantages du montage virtuel réside aussi dans l’économie de moyen, puisqu’un simple ordinateur, certes puissant, couplé à un logiciel, sera suffisant pour créer des montages très complexes. De nos jours, un portable de bonne qualité équipé d’un des 4 principaux logiciels de montage suffit pour la plupart des projets. On en arrive presque à monter sur un coin de table.

En tout cas, fini les pièces entières dédiées au montage, fini les assistants qui coupaient les films et les bandes audios, les archivages à bonne température, les créations de masters, de copies de projection. Tout peut être créé dans un simple ordinateur et exporté pour être vu sur internet d’un clic.

Vous l’aurez compris, le montage virtuel a gagné la partie. Et je ne vous ai même pas parlé du stockage et du tri des originaux dans un disque dur, à votre disposition dans vos chuteurs numériques, de la possibilité de superposer des rushes dans la timeline, d’appliquer des effets et des transitions d’un cliquer-glisser ou de créer des titres et des génériques comme dans un traitement de texte.

Premiere pro sur deux écrans

Si vous voulez en savoir plus sur mes formations vidéos.